Génération masquée

Je profite d’un petit moment de répit pour vous livrer mon état d’esprit du moment. Evidemment ma réflexion est loin d’être celle d’une intellectuelle, je l’ai déjà dit, je n’ai aucune culture, que du bon sens, encore que le bon sens n’est pas le même chez les uns et chez les autres. Donc soyez indulgents !

Dans mon dernier article, j’écrivais que j’étais fascinée et choquée par le fait que l’on puisse demander aux gens, à cause de l’épidémie de Covid, de ne pas enterrer leur proches ; et réciproquement, je suis toujours traumatisée par le fait qu’on annonce aux êtres pourtant aimés qu’ils vont mourir seuls, laissant ceux qui restent dans une peine immense. Dans cette même lignée, je me demande, depuis que l’on parle déconfinement, dans quel monde nous vivons pour envisager un retour vers une vie normale où finalement rien ne serait normal.

Distanciation d’un mètre entre les gens et masques dans l’espace public, c’est ça le monde de demain? Un monde où l’on ne voit plus ni la peine des gens, ni leur joie? Un monde où l’on ne s’embrasse plus? Un monde où les enfants ne peuvent plus jouer à touche-touche dans la cour, ne peuvent plus courir après une balle pour marquer des buts parce qu’ils risquent de se toucher ? Un monde où l’on ne prend plus sa grand-mère dans ses bras pour lui dire qu’on l’aime? Si cela devait durer un mois, bien sûr tout le monde serait d’accord. Mais on le sait tous : ces règles, si elles sont imposées, le seront pour une longue période. On parle d’automne 2021 au Royaume-Uni, automne 2022 aux Etats-Unis, ce n’est pas éternel (quoique…) mais c’est déjà trop long pour ne pas marquer à vie une génération. A vie, on se méfiera de la dame dans la queue à la caisse, celle qui porte un masque FFP2, elle est malade ou quoi? Je pourrais l’aider à mettre ses courses dans son caddie, mais c’est risqué, non? Vite, fuyons, distance : un mètre ! Sécurité, protection, restons perso. Et les magasins de vêtements, qui y mettra les pieds, si c’est pour ne pas essayer, demander l’avis de la cliente d’à côté ? On désinfectera chaque vêtement après essayage? Autant commander sur Internet et renvoyer si ça ne va pas ! Et la petite discussion avec la boulangère? On oublie, de toute façon, avec son masque qui cache toute son expression, on ne sait pas si elle a envie de causer 3 minutes, et il y a derrière nous une queue de 5 personnes mais/et de 50mètres. Donc tu achètes ta baguette et tu sors.

Je vais faire une énorme généralité, mais je pense que nous, les 30/50 ans, sommes une génération totalement immature, obsédée par le risque 0, incapables d’assumer que nous allons un jour perdre nos parents, incapables d’imaginer que nous allons mourir et prêts à tout pour sauver nos peaux, coûte que coûte. Risque 0. On emmène les enfants à l’école jusqu’au collège, on ne laisse personne à la maison le temps d’acheter une baguette. img_20200423_100540_03744447863627777311.jpgOù est passé le masque de Zorro de notre enfance, celui du courage, celui qui défend le plus faible, celui qui fait rêver les jeunes, celui qui parle avec un muet? Tout pour l’immortel ! Et pourtant, qui de notre génération, n’a pas fait un saut en parachute, ou du deltaplane, ou du ski hors-piste, du bateau pendant une tempête, traverser la rue quand le bonhomme est rouge, boire un verre de trop avant de prendre sa voiture, fumer des clopes (c’est le moment de reprendre les amis hé hé), bref mis notre vie en danger ? Alors pourquoi avoir aussi peur aujourd’hui ? C’est une réalité, nous allons tous mourir un jour. Le plus tard sera évidemment le mieux, mais pas à n’importe quel prix. Je ne suis pas prête à gagner des années d’espérance de vie si c’est pour que cette vie soit sans sourire, sans embrassade, sans réunion de famille à 50 autour d’une galette des rois, sans amour, au fond.

Croyez-moi, je n’ai qu’une peur dans ma vie, c’est celle de mourir, même si j’ai la certitude que mourir n’est que le début du reste de ma vie (éternelle). J’ai peur de mourir. Et je ne serai pas particulièrement épargnée par les ennuis si le Covid arrivait dans mon foyer, dans ma famille.

Mais je ne suis malgré tout pas prête à vivre dans un monde aseptisé et masqué, où l’on ne pourra plus montrer à son prochain qu’on l’aime.

 

Une réflexion sur “Génération masquée

  1. Clo dit :

    Je suis tellement d accord avec toi. Et en même temps, il faut continuer coûte que coûte à se protéger… La maladie est la. Ma famille est touchée.. Mon papa en réanimation depuis un mois continuant de se battre. C est affreux pour lui qui est seul, C est affreux pour nous qui ne pouvons pas le voir. Et comme tu le dis notre génération n est pas prête.. En particulier moi.
    Aussi faut il continuer à se protéger, C est trop dangereux. Pas au mépris de tous les autres mais je ne veux pas qu un seul autre membre de ma famille ou amis puissent être malades. Je ne le supporterais pas. Aussi, une solution entre autres.. Un bon masque en plexy.. Tu ressembles à un astronaute, t es ridicule mais on voit ton sourire.

    J'aime

Répondre à Clo Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s