Retraites : Mère en grève

Nos retraites, à nous les mères de famille (pas forcément au foyer, hein, non juste mère de famille !) vont peut-être baisser dans le nouveau système. Calculons : 8 trimestres – 5% de répartition avec ton mec + 9 mois pour ton enfant – 80% du temps, ça fait une baisse de ta retraite de 25 à 40%. Bah oui, c’est mathématique : des congés mat à chaque grossesse, et éventuellement un temps partiel posé dessus, ça fait des cotisations en moins (je n’ose pas imaginer pour les femmes au foyer). Moins de boulot, moins de cotisations, moins de cotisations, moins de retraite. C’est simpliste mais ce n’est pas loin d’être ça. Femmes, mettons nous en grève!!

Je l’avoue, j’ai lu quelques articles sur la retraite et je n’ai pas tout compris.

Est-ce dû à la perte de neurones liée au post-partum – fatigue et bouleversement hormonal ne font pas bon ménage (mais ils vont revenir dans quelques semaines ces neurones, je devrais y voir plus clair)?

Est-ce parce que comme tout parent en vacances ou congé ou en grève d’école et de crèche, je suis sans arrêt coupée dans mes lectures par un biberon, une dispute ou un « Maman, comment on fait les bébés? » – mais je ne plains pas, j’adore ça.

Ou peut-être est-ce tout simplement parce que cette réforme des retraites, qui aurait sûrement pu être simple, est incompréhensible…

En tout cas, moi, comme j’imagine 50% des français (j’ai l’humilité de penser que la moitié des Français est plus intelligente que moi…ou plus bête, c’est selon 😆) bref moi, je n’ai pas bien compris ce qui nous attendait pour nos vieux jours. Nous tous, les Français, mais nous les mères de famille en particulier.

Car d’après ce que j’ai lu partout (sauf dans le macroniste La Croix), les mères de famille et plus particulièrement les mères de familles nombreuses vont y perdre. Je ne parle pas uniquement des mères au foyer, mais vraiment de toutes les mères, quel que soit leur métier.

A partir de ce constat, il y a au moins 2 raisons de nous plaindre.

En premier lieu la régression sociale bien entendu. Je crois que c’est clair : on aura moins de retraite que nos parents, qui doivent être désespérés que nous, leurs enfants, vivions moins « richement » qu’eux .

Ensuite, le contrat a changé en cours de route. Si nous avions su, aurions-nous eu tous ces enfants ? Non mais c’est vrai, d’abord les allocations familiales, maintenant les retraites, c’est quand même exagéré ! Bah oui, c’est bien connu, on les a eus pour avoir plus de droits et de fric, tous ces enfants 😆😆.

Plus sérieusement, est-ce bien normal que celles qui, dans la joie, la bonne humeur et l’amouuuuuuur, ont mis au monde ceux qui paieront nos retraites et produiront notre richesse nationale, soient ainsi punies, alors que nous sommes si « rentables »?

Car grosso modo, d’après ce que j’ai compris de mes lectures, avoir des enfants et continuer à bosser ce n’est peut-être pas rentable pour la femme qui les porte, mais ça l’est largement pour le reste de la société. Non seulement quand elle est en âge de travailler mais aussi d’enfanter, la femme-mère-de-famille coûte moins en salaire aux entreprises que les autres salariés (car, au-delà du fait que les femmes sont toujours moins bien payées que les hommes, tout le monde le sait : souvent celles d’entre nous qui bossent à 4/5eme font le boulot d’un temps plein payé 80%), mais en plus, une fois qu’elle est vielle et ne peut plus bosser, la femme-mère-de-famille coûte moins en retraite à l’Etat, PARCE QU’ELLE a été arrêtée pour enfanter et PARCE QU’ELLE a travaillé à temps partiel ou a été moins bien payée DONC elle a moins cotisé, et que l’on veut supprimer les cotisations retraite bonus liées à ses grossesses, alors qu’elle a laborieusement fournit la main-d’œuvre pour financer les retraites… des autres…

Grosso modo (bis) : voilà ce que l’on dit aux femmes : merci pour votre contribution, et maintenant démerdez-vous. Vous n’aviez qu’à faire fabriquer vos enfants, mesdames, vous seriez moins dans la merde… Mais c’est insensé !

Et au-delà de la grossesse, les femmes qui travaillent moins ou pas parce qu’elles ont des enfants, ont ce mérite qui n’a pas de prix, de veiller au bon grain pour essayer de fournir tant bien que mal (et parfois mal, nulle n’est parfaite) une main-d’œuvre qualifiée et volontaire – qui cotisera donc et à l’assurance chômage dont on espère qu’elle n’aura pas besoin, et aux retraites de ces messieurs-dames…

A quoi bon nous pondre un ministère de l’égalité homme/femme si c’est pour nous promettre une vieillesse où sans les hommes nous ne pourrons pas vivre décemment ? Car jusqu’à preuve du contraire (et on y revient toujours…), les grossesses et les congés mat’, ce sont les femmes qui s’y collent – car elles accouchent, faut-il le rappeler ?

PS : quand la GPA sera légalisée, les grossesses seront-elles génératrices de cotisations retraite ?

Loi de Bioéthique – En fait Greta a raison !

En fait, Greta a raison. Et en fait je l’envie de pouvoir aller devant nos députés et de se faire applaudir de les engueuler.

Car chers députés, j’ai à mon tour envie de vous engueuler et de vous poser cette question : How dare you?

Comment osez-vous déserter l’hémicycle quand on débat de lois si importantes que la loi bioéthique ?
Comment osez-vous vous plier à une consigne de vote totalement démago et politicienne sur des sujets qui sont si importants ? N’avez vous pas l’obligation de voter selon votre conscience ?
Comment osez-vous faire passer des articles de loi que même le gouvernement ne souhaitait pas faire passer?
Et je repose la question : Comment osez-vous déserter l’hémicycle quand on débat de lois si importantes que la loi bioéthique ? Comment voulez-vous qu’on vous fasse confiance quand on s’aperçoit que l’Assemblée est à moitié vide et que les votes se font comme ça , à la louche, quasiment à la discrétion du Président de l’Assemblée ?

Et sur le fond, je vous le demande à nouveau : how dare you?

Ça ne vous choque pas d’autoriser, sans même en débattre, l’exploitation du corps de femmes (on se gargarise de ne pas l’autoriser en France, mais n’est-ce pas pire, tellement hypocrite, pour des gens de gauche – j’ose tout aujourd’hui – d’autoriser l’exploitation des ventres de femmes étrangères ?
Ça ne vous choque pas d’autoriser, sans même en débattre, la venue au monde de bébés dont les caractéristiques sont choisis sur catalogue ?
Ça ne vous choque pas d’autoriser qu’on puisse payer pour avoir un enfant (parce que je suis encore trop politiquement correcte pour oser dire qu’on achète un enfant mais au fond c’est exactement cela qui se passe)?
Ça ne vous choque pas de permettre à des enfants de venir au monde orphelins d’un père ou d’une mère exprès, volontairement ?

How dare you?

Et quand ma fille m’expliquera dans 20 ans- parce que ÉVIDEMMENT ce sera autorisé ! – qu’elle a trouvé un super moyen de financer ses études, j’aurai sûrement de la haine dans le fond de mon coeur.

How dare you?

C’est probablement ce que des enfants nés de GPA (pour tous) et de PMA sans père ou sans mère nous diront, à nous, cette génération de l’individualisme à outrance.

Quel monde de fous.

Lubrisol – Drôle d’ambiance à Rouen

Drôle d’ambiance à Rouen depuis 4 jours. Tout le monde est méfiant.

Les plus rationnels tentent de ne pas tomber dans la psychose – mais quand ça sent mauvais et qu’il y a une fumée épaisse qui vient de la combustion de produits chimiques, on peut légitimement se poser quelques questions sur la non-toxicité de l’air sans se dire qu’on est totalement parano.

Les plus suspicieux voient le mal partout et sont persuadés qu’on nous ment.

A priori, nous n’avons aucune raison de ne pas croire ce qui nous est dit. Je ne peux pas imaginer que l’eau soit impropre à la consommation et qu’on nous dise qu’elle est potable. Ni que les écoles sont fréquentables si ce n’est pas le cas. On demande la démission du préfet, mais au fond, à quel titre ? Pourquoi ses analyses seraient-elles truquées ? Si je n’avais qu’un seul reproche à faire, ce serait sur la communication et la marche à tenir (confinement, écoles fermées…) la mairie aurait pu envoyer des sms plus tôt dans la journée. Pas de quoi non plus ruer dans les brancards.

Finalement ce qui nous arrive est symptomatique de notre époque : les gens ne font plus confiance. Ni aux gouvernants, ni aux media. Quoi qu’on nous dise, personne n’y croit… C’est triste mais c’est certainement la conséquence d’un demi-siècle de politique politicienne où le seul objectif est d’être réélu, et d’une forme de manipulation de l’information où les média ne relaient que ce qu’ils veulent et comme il le veulent.

Ça tue la confiance, c’est évident.

Greta… grrrrrr !

Je suis fascinée par la patience dont font preuve les dirigeants de ce monde devant Greta.

On les admire ou on les déteste, c’est selon. Ils gèrent cependant tant bien que mal des situations complexes dans leurs pays (chômage, éducation, retraites, pauvreté, corruption, j’en passe… – et écologie bien sûr), à leurs frontières avec des flux migratoires compliqués, des situations géopolitiques, économiques et financières qui dépassent 98% des gens (mais peut être pas Greta, j’imagine)… Et ils se font engueuler comme du poisson pourri comme s’ils avaient 5 ans 1/2?

Je ne sais pas ce qu’il y a de plus humiliant : se prendre une petite fessée par sa maman dans un supermarché parce qu’on fait une colère, ou se prendre une engueulade collective par une ado à l’ONU ou à l’Assemblée nationale alors qu’on se casse à essayer de trouver des solutions aux problèmes de ce monde…

En tout cas, c’est incroyable mais vrai, on risque plus d’emmerdes à mettre une petite fessée !! 🤔

On marche sur la tête non?

Hé les hommes, REVEILLEZ-VOUS!

Si je ne suis pas une championne des réseaux sociaux et encore moins des réseaux vidéo, mon mari l’est pour deux et me partage parfois des pépites. Celle que je vous dévoile  – si vous ne la connaissez pas déjà – est tout juste hallucinante, et je ne comprends pas pourquoi les hommes ne sont pas dans la rue en train de manifester en montrant leur torse au nom du masculinisme (c’est-à-dire le féminisme au masculin. Il y a peut-être un autre mot pour dire cela).

Désolée, je ne sais pas intégrer un tweet dans un article, il faut cliquer sur le lien pour voir la vidéo. Jean-Louis Touraine (LaREM) : « Il n’y a pas de droit de l’enfant à avoir un père. »

Et pour ceux qui n’auraient pas de son sur leur ordi de boulot, petite explication de texte :  Jean-Louis Touraine, député LREM et rapporteur du texte de loi sur la PMA explique pendant 1min50 qu’il n’y a pas de droit de l’enfant à avoir un père, ça n’est inscrit nulle part.

Est-ce le mail que mon père a envoyé à ses enfants hier et qui m’a émue au larmes, ou la joie que j’ai vu dans le regard de mes frères (28 à 42 ans, ce ne sont plus des bébés pourtant!) ou de mes enfants (garçons, 4 à 10 ans) quand ils ont passé une journée sur un bateau ou dans la forêt avec leur père, la fierté de mon fiston quand son père l’a regardé joué au hockey pendant une heure, l’excitation de ma fille quand elle entend son vélo rouler sur les graviers de la cour, ou au contraire la douleur ressentie par mon mari et ses frères et soeur, « abandonnés » par leur père à un âge pourtant avancé (entre 20 et 30 ans), toutes ces émotions qui nous construisent avec nos joies, nos peines, nos blessures et nos richesses, bref est-ce cela qui me fait penser que bien entendu chaque enfant a le droit à un père?

Ou est-ce plus simplement la question récurrente de mes enfants – et qui ne sont probablement pas les seuls à se poser – qui connaissent maintenant la réponse, mais qui ne peuvent pas s’empêcher de la reposer, parce que probablement (mais je ne suis pas psy) ils ont besoin de savoir d’où ils viennent : « Non mais en vrai, comment on fait les bébés? Et la graine du papa, comment elle rencontre celle de la maman? ». Et à chaque fois, la réponse attendue ne peut être évasive : ils veulent savoir. Alors on peut rentrer dans le détail, expliquer la PMA, la FIV ou l’union des corps, bref, tout est explicable, quelle que soit la technique utilisée. Mais on ne peut pas nier qu’à un moment la graine du papa rencontre l’oeuf de la maman.

Les enfants n’ont pas simplement un droit à avoir un père. C’est encore plus simple que cela : il n’y a pas de vie sans père. Debout les gars, réveillez-vous !!

Rester en short toute l’année : 4 avantages, 2 inconvénients et une supposition

Quand il y a 5 ans notre fils aîné, alors en moyenne section de maternelle (4,5 ans grosso modo) a décrété qu’il ne pouvait plus porter de pantalon parce que ça le grattait, on lui a répondu qu’on ne pouvait malheureusement pas se promener à poil ou en slip dans la

IMG-20190105-WA0009

rue, surtout en plein hiver. Plus fin que nous, il a sorti ses bermudas – que l’on appelle communément short dans notre famille – et n’a pas vu l’ombre d’un problème à les porter à longueur d’année.

Au début ça nous fait bizarre, mais on s’y est fait très vite. Parce que c’est objectivement génial.

1) plus de trous dans les pantalons. Oui, c’est vrai, du sparadrap sur les genoux mais c’est plus facile à mettre que de raccommoder un pantalon. Et moins cher que de racheter un pantalon.

2) plus de garde robe à changer en hiver. Ahhhhhh et pour les phobiques du linge comme moi, ce n’est pas DU TOUT un détail.

3) c’est sympa parce qu’un short dure environ une année, et franchement à la fin de

short et aorès ski

En cas de grand froid, le short se porte très bien avec des après-ski :o))

l’année, je ne peux même pas les donner à Emmaüs, je les jette directement à la poubelle. Donc on ne se refile pas les shorts, chaque enfant a des fringues neuves. Ah, enfin un peu d’intimité, on se partage les caleçons mais PAS LES SHORTS. Quelle joie de ne pas récupérer les fringues des autres, génial.

4) remarque profonde : porter des shorts toute l’année c’est une belle façon de s’affirmer ! Combien de gens font des réflexions (cf point suivant) malgré lesquelles les gars restent fidèles à leur short! C’est d’ailleurs un très bon moyen de mettre fin à une conversation désagréable quand on se balade, qu’il fait un froid polaire, que tout le monde gèle même ceux en combinaison de ski, et qu’un des kids chouine en disant qu’il a froid. Je lui dis toujours « Mets un pantalon mon vieux ! » Et il répond fier comme Artagan: « Ah ça, jamais! »

4 énormes avantages donc, et on arrive au point suivant : les inconvénients.

1) Le problème du short, c’est donc que les gens ont TOUS un avis sur la question. Je ne parle pas des amis ou de la famille (dédicace à mon frère C.) qui aiment mes enfants et donc font des remarques bienveillantes. Mais je parle des gens dans la rue qui nous demandent tout le temps « mais ils n’ont pas froid comme ça ? ». Les autres remarques sont plutôt sympas « oh tu as vu, il a les jambes nues! ». Mais « ils n’ont pas froid comme ça? » c’est désagréable. Comme si on faisait exprès de laisser nos enfants se peler les fesses ! Et qu’après on leur donnait une bonne fessée sur des fesses gelées….non mais ils nous prennent pour qui ? Des fessées oui, mais pas dans ces conditions ! Si les enfants portent des shorts, c’est qu’ils en ont envie, nous ne les forçons pas, qu’on se le dise !

2) pour les fashionistas, le short est rabat joie. D’abord c’est presque toujours la même chose, parce qu’au fond un short reste un short. Ensuite il ne s’en vend pas à longueur d’année, donc il ne faut pas rater le coche de l’été et éventuellement en acheter en réserve pour l’année (sauf si on reprend le point 3 des avantages auquel cas 3 shorts / an et par enfant suffisent).

Je vois dans votre regard que vous hésitez encore un peu à passer vos enfants en short. Dernier argument ? Ok mais celui-ci n’est pas rationnel, c’est une supposition, donc je ne garantis rien : avec leurs jambes nues et imberbes, nos enfants ne sont jamais malades (n’en déplaise aux gens du point 4). Pas une journée d’école séchée par an pour rhume ou angine ou otite. Rien. Comme si être à moitié nus les immunisait…

Alors, convaincus ?

3 excellentes raisons d’investir dans cette cape quand on est une jeune maman (ou presque)

Je n’aurais jamais pensé qu’un jour j’écrirais un article fashion, mais j’ai eu tellement de succès ce week-end que je me sens obligée de vous partager mon super plan.

Je me suis offert à Noël une cape bien coupée pour pouvoir porter un bébé tout en étant élégante – que voulez-vous, je viellis.

Cette cape m’a fait l’effet ce weekend d’une baguette magique :

– d’abord, mon bébé était bien installé, au chaud entre moi et notre chiquissime couverture en laine mélangée. Le confort du baby, c’est important quand même, si ce n’est prioritaire.

– ensuite, et en l’occurrence c’est presque aussi important, cette cape est donc vraiment chic, avec ou sans bébé. Donc c’est excellent investissement ! L’avantage de cette forme de manteau, en plus, c’est justement qu’elle ne se déforme pas malgré le petit alien transporté. Donc trop classe avec un bébé mais aussi et surtout sans. J’avais d’ailleurs projeté de la passer à ma belle-sœur enceinte quand son bébé sera né mais en fait je vais la garder et dire à mon frère de lui en offrir une pour la naissance de mon neveu (je ne veux pas prendre de risque de lui offrir moi-même, ma belle-sœur est super fashion j’aurais peur de lui offrir un truc – malgré le fait que j’adore cette cape – un peu ringard)

– Enfin et vraiment c’est la cerise sur le gâteau : porter cette veste avec un bébé dessous (et cette fois-ci le bébé est vraiment indispensable), c’est devenir le temps d’une promenade une vraie star. On m’avait déjà arrêté dans la rue en me demandant si je n’étais pas Clotilde Courreau, j’avais trouvé cela assez agréable – mais ça m’était arrivé 3 fois dans ma vie. Là ce n’est pas 3 fois qu’on nous a arrêté dans la rue, mais 250 fois.

Pas d’autographe, je le reconnais humblement, mais des sourires adorables et des bonjours bienveillants, comme si les gens nous connaissaient. Tellement sympa !! A travers les vitrines des cafés les gens nous souriaient, dans le métro tout le monde se levait, bref c’était 48h franchement incroyables et la bonne nouvelle c’est que je vais pouvoir revivre cette expérience jusqu’à ce que le bébé devienne un enfant.

Alors pour vivre cette douceur et profiter de cette gentillesse investissez vite dans une cape à fermeture éclair. Je ne suis pas payée par Tara Jarmon ni bazarchic, mais vraiment foncez, l’investissement vaut carrément le coup (et la réduction aussi, c’est sûr !!)

Adresse directe : Bazarchic: Manteau En Laine Mélangée Claudie Beige https://fr.bazarchic.com/ventes/produit/id/2145719/idcat/1449257/

Elle existe aussi en prune si vous cherchez sur le site !