Le réveillon? Who cares?

Mais bien sûr, le 31, tout le monde s’en fout, c’est bien connu. Mais combien ont déjà franchi le cap de le passer réellement seul, devant un bon DVD? Et pour ceux qui l’ont déjà fait, combien ont trouvé ça vraiment trop génial d’être dans son lit à 9h du soir pendant que le monde entier boit du champagne et se roule des pelles sous le gui? Moi je n’y cois pas une seule seconde. Le 31 on ne le passe pas seul.

D’ailleurs l’année dernière, nous avons tenté une expérience que nous allons essayer de ne pas renouveler – mais pour l’instant, ce n’est pas gagné, il faut qu’on s’organise. L’année dernière donc, nous avons passé notre réveillon seuls avec nos enfants. Qui sont charmants, mais qui sont petits. Donc qui étaient encore plus petits l’année dernière.

Nous avons commencé par changer l’heure de nos montres pour nous plonger dans une atmosphère festive assez tôt dans la soirée. Donc à 18h heure française, il était 20h chez nous.

Chose promise, chose due : on a regardé un dessin animé pour bien commencer la soirée. Un bon Tic et Tac des familles, suivi par d’autres Donald, Pluto, Mickey etc… Bref, Walt Disney spirit.

A 21h30 heure locale, on a commencé à dîner. A 21h45 on avait fini de dîner.

A 22h on a voulu danser mais les enfants voulaient encore regarder un dessin animé (c’est ça d’être frustré à longueur d’année, on ouvre une vanne et c’est la débandade). Mais nous, on voulait danser, c’est le réveillon les gars ! Donc on s’est tous engueulé, les kids ont pleuré, mais finalement à 22h15 on a vraiment commencé à danser. Et c’était trop sympa. Un répertoire qu’on n’aurait pas forcément plebiscité – La Mare aux canards, les sardines, tout ça tout ça – mais qui est finalement assez fédérateur !

A 22h30 les enfants en avaient malgré tout un peu marre de danser, on a fébrilement attendu 23h pour se souhaiter une bonne année. On a redansé en ajoutant à notre répertoire Le petit bonhomme en mousse et A la queue leuleu, on a bu du champomy, sorti les cotillons, et puis…. tout le monde est allé se coucher !

Nous les parents on a quand même attendu minuit… enfin… minuit heure locale (faut pas pousser non plus ) ! Evidemment sur le moment on était comblé de notre réveillon format cocon, mais cette année, on ferait bien tout ça avec des copains, du vrai champagne et deux salles de danse avec deux ambiances différentes !

 

Humiliante fessée

C’est révoltant, inacceptable, incompréhensible, hallucinant, choquant. Impensable même : certains parents donnent des fessées à leurs enfants.

Franchement, quel est ce monde méchant et sans pitié, où l’adulte se permet d’humilier ainsi l’enfant? C’est évident, la fessée n’arrive pas par hasard, elle est méprisante, voire malveillante. Les parents qui donnent des fessées à leurs enfants sont des êtres odieux qui aiment faire mal, mais surtout qui aiment humilier leurs enfants

Voyez ce parent qui ne s’est jamais fâché mais qui a toujours su trouver les mots pour expliquer à son enfant l’inexplicable. Et l’enfant qui a lui aussi bien compris que son parent ne voulait que son bien, alors pourquoi lui désobéirait-il en hurlant? Cela a l’air si simple, tout le monde devrait parler comme ça à ses enfants… Non vraiment, ces parents qui font des remarques désagréables à leurs enfants sont méchants, alors ceux qui mettent des fessées, n’en parlons pas.

Heureusement le gentil parlement qui, comme chacun sait, ne veut que du bien pour nos enfants, n’a que cela à faire en ce moment de punir tous ces méchants parents qui humilient leurs enfants. Les autres sujets brûlants sont accessoires.

Interdire la fessée, c’est nier les individualités. Certains enfants ne comprennent que les regards noirs, d’autres ne comprennent que le coin, d’autres comprennent mieux la tapette ou la fessée, d’autres ne comprennent jamais rien, et il en faut de la patience pour éduquer ceux-là. Une petite catégorie qui existe bien et dont tout le monde rêve d’avoir, c’est l’enfant qui ne désobéit pas, ne fait pas de bêtises, n’est ni capricieux ni insolent… Finalement, il est même un peu ennuyeux…

Interdire la fessée, c’est autoriser des enfants à humilier leurs parents. Car qui est humilié quand publiquement son enfant se roule par terre et vous hurle dessus? Qui  est humilié quand un enfant vous regarde avec un regard insolent qui en dit long pendant un instant? Qui est humilié quand à 2 ans un enfant renverse pour la 3ème fois son assiette en vous regardant droit dans les yeux?

Interdire la fessée, c’est donner le pouvoir absolu aux enfants. Qu’on ne s’étonne pas si par la suite, ces mêmes enfants, qui n’auront jamais su ce que voulait dire le mot autorité, font un burn-out à la première remarque de leur employeur.

Interdire la fessée, c’est aussi et enfin prendre les enfants pour des imbéciles, comme s’ils ne faisaient pas la différence entre une fessée « bien méritée » et un acte maso qui aurait pour objectif de faire mal juste pour le plaisir…

Besoin ponctuel d’un journaliste ou d’un rédacteur?
Pas le temps de rédiger votre catalogue ?
Plus d’inspiration pour le contenu de votre page web ?
Besoin d’un appui pour l’écriture de vos courriers ?

N’hésitez plus, nous vous proposons nos services !

Article de journal, compte-rendu, courrier, catalogue, page web…
Laissez-nous vous aider à rédiger vos travaux d’écritures.

Contactez-nous au 06.61.40.94.18

ou par mail v.delacelle@gmail.com